Les écogardes 2020 dressent le bilan de leur saison sur la Réserve naturelle

Dans un contexte particulier, suite au confinement et aux fortes chaleurs, les visiteurs de la Réserve naturelle furent nombreux, à la recherche d’un coin de verdure pour oublier la frénésie de la métropole toulousaine ou bien la proximité de l’eau pour se rafraîchir. Mais la sensibilisation du public aux différents enjeux environnementaux de la RNR et la prévention par les écogardes se sont généralement déroulées dans la bonne humeur et le respect des milieux naturels.

Une affluence inédite en 2020 

Près de 50 000 visiteurs, a minima d’après les estimations, ont foulé les sentiers de la Réserve de juin à septembre, soit environ 50% de plus que l’année 2019 pour la même période. La commune de Clermont-le-Fort est la plus été concernée par la surfréquentation, comptabilisant près de 60% des visiteurs. La voirie et les parkings y ont d’ailleurs été très souvent saturés.

Cette forte hausse de la fréquentation a eu pour conséquence l’étalement des visiteurs le long de la Garonne et de l’Ariège, et la dégradation de ces milieux écologiques sensibles : érosion des berges, piétinement de la végétation, création de sentiers sauvages par les visiteurs… Rappelons que des sentiers balisés ont été mis en place dans la Réserve pour guider le public, afin de limiter le dérangement de la faune et préserver les berges.

Baignade, chiens, déchets et feux : des sujets de sensibilisation importants

Durant cette saison, les écogardes ont mis l’accent sur la sensibilisation du public concernant plusieurs sujets récurrents depuis de nombreuses années. 

La Garonne et l’Ariège sont des cours d’eau présentant de nombreux dangers. En plus d’un courant fort et des rapides, certains endroits sont particulièrement risqués pour la baignade et les écogardes ont dû faire preuve d’une grande vigilance pour limiter les accidents. Deux incidents graves chez des kayakistes ont été notés mais, heureusement, aucun accident mortel n’est à déplorer en 2020. 

Concernant les chiens non tenus en laisse, le discours des écogardes semble commencer à porter ses fruits, avec une diminution des interventions par rapport aux années précédentes. Mais n’oublions pas que nos amis canins impactent à la fois les autres visiteurs (peur, morsure, etc.) ainsi que la flore et la faune (dérangement en période d’élevage des jeunes animaux, prédation, etc.). 

Depuis quelques années, Nature En Occitanie a mis en place un objectif “zéro feu”, afin de limiter les départs d’incendie. Les étés de plus en plus chauds et secs ainsi que l’augmentation de l’affluence exacerbent les risques d’incendie. Si le discours et la présence des écogardes semblent avoir des effets positifs, on note cependant une stabilisation du nombre de “ barbecues sauvages ” sur l’ensemble de la réserve.

Malgré une diminution de 2016 à 2019, une augmentation de la quantité de déchets trouvés dans la RNR a été observée cette année. Ce ne sont pas moins de 320 L de déchets, ainsi que plusieurs dépôts sauvages, qui ont été récupérés malgré une sensibilisation accrue des usagers sur ce thème en 2020. Les visiteurs qui ramassent leurs déchets et ceux laissés par d’autres semblent pourtant nombreux. 

Ce fut une drôle de saison 2020 pour tous, au vu du contexte sanitaire. Mais l’équipe des écogardes, accompagnée par l’ensemble des salariés de NEO et des acteurs du territoire, a pu s’adapter et mener à bien ses missions nécessaires de sensibilisation et de préservation. Car, ne l’oublions pas, la Réserve Naturelle Régionale Confluence Garonne-Ariège devient année après année un espace naturel incontournable de la région toulousaine, au cœur de nombreux enjeux tant écologiques, qu’économiques et sociaux.